« Ce jour-là, j’ai appris la moitié de ce que j’allais apprendre à PC »

« Le discours inaugural de Pierre-Gilles de Gennes était impressionnant car il traçait le chemin que nous allions parcourir : il nous donnait sa vision de ce qu’est un bon ingénieur, de ce que nous devrions être 4 ans plus tard ; PGdG était très clair sur les compétences et les réflexes que nous devrions acquérir pour être bons, notamment : savoir observer, et se construire une bonne culture des ordres de grandeur.

Lorsqu’elle m’a interviewée en 2006, j’avais confié à Laurence Plévert :
– « Ce jour-là, j’ai appris la moitié de ce que j’allais apprendre à PC »
– « C’est un beau compliment que vous lui faites » m’avait-elle répondu.*

Certes, cela peut surprendre de mettre en balance un cours de 2h et un enseignement de 4 ans (et de qualité !), mais PGdG nous a mis sur la bonne voie dès le premier jour, et tout ce qui a suivi était naturel, attendu et donc bénéfique.

*Dans son livre « Gentleman Physicien », Laurence Plévert a attribué ce témoignage à David Quéré, qui m’a cependant confirmé qu’il est très improbable qu’il ait pu dire cela de cette façon-là. »

Sylvain Gilat (107e)


Retour vers la page « Combien y a-t-il accordeurs de piano à New York ? ».

Retour vers la page « Pierre-Gilles de Gennes : les alumni se souviennent… »