« C’est grâce à PGdG et son prix Nobel que l’École a été pérennisée »

« Voici mes rares souvenirs de Pierre-Gilles de Gennes.

Ils m’ont marquée car il fascinait : PGdG était très charismatique et dégageait un enthousiasme communicatif pour la science.

Bien évidement, ces souvenirs peuvent avoir été embellis avec le temps et/ou transformés par une mémoire parfois incertaine ; c’est plutôt une légende que des souvenirs.

Sous cette réserve :

Je suis de la promotion 105, 1986-1990. PGdG était alors directeur de l’école.

Nous, étudiants, nous amusions de la fourgonnette du « Boudin sauvage » garée devant son logement de fonction dans l’École (cf. restaurant tenu par sa femme du côté d’Orsay).

Je n’ai eu l’occasion de « voir  » PGdG directement, en amphi à l’École, que deux fois au cours de ma scolarité : pour son discours de bienvenue à l’ESPCI, en tant que directeur, pour une présentation scientifique ouverte au public (niveau thèse) lorsque j’étais en 3e ou 4e année.

Ce qui est sidérant, c’est la différence de niveau technique entre les deux conférences.

Pour être honnête, à la 2e conférence, j’ai été perdue en 2 minutes.

La 1re conférence nous (m’)était destinée : sa conférence de bienvenue à l’ESPCI était bien rodée et portait sur son thème favori : l' »éveil » aux sciences (« pratiques »). Il nous a interpellés, nous étudiants de 1re année qui sortions de classes préparatoires et venions de baigner dans un enseignement ultra-théorique. Il nous exhortait à sortir de cet état d’esprit « prépa », à voir nos études différemment, à regarder autour de nous pour comprendre les phénomènes observés en relation avec nos études. Je me souviens du passage de son discours sur l’écoulement de l’eau dans un caniveau, bel exemple de dynamique des fluides.

PGdG savait vraiment se mettre à la portée de son auditoire, ce qui explique son succès à la télévision et dans les lycées suite à son prix Nobel !

Pour moi, c’est grâce à PGdG et surtout son prix Nobel que l’École a été pérennisée, et que le 3e pilier « biologie » de l’enseignement a été obtenu ! »

Clarisse (105e)


Retour vers la page « Combien y a-t-il accordeurs de piano à New York ? ».

Retour vers la page « Pierre-Gilles de Gennes : les alumni se souviennent… »