« Mai 68 : il s’intéressait vivement à l’École [et] voulait introduire la biologie »

« En 1967, on n’enseignait pas la mécanique quantique à l’ESPCI. La direction des études décida de réparer cette erreur et fit appel à PG de Gennes. À cette occasion, on réunit d’ailleurs deux promotions : la 82 qui allait sortir et la mienne (83).

Le cours était brillant mais difficile à suivre. Lorsque nous le reprenions, il n’était pas rare de devoir reconstituer une page de calcul entre deux lignes ! PG de Gennes avait une culture scientifique tellement élevée par rapport à la nôtre que cela n’allait pas toujours de soi et à l’examen de février tout le monde se planta sur un sous-entendu de base qui me paraît évident aujourd’hui mais qui ne l’était pas pour nous à l’époque.

Mai 1968 fut une autre grande époque. Il s’intéressait vivement à l’École et à la modernisation de son enseignement et surtout à la physique qui était restée très classique. Il voulait introduire la biologie qui était alors inexistante. Il n’était pas suivi par la majorité des professeurs. Je me souviens de discussions enflammées. C’était souvent PG de Gennes et Uebersfeld (67e, directeur des études, NDLR) d’un coté, les autres de l’autre et nous entre les deux. Il démissionna d’ailleurs peu après. »

Yves Epelboin (83e)


Retour vers la page « Pierre-Gilles de Gennes : les alumni se souviennent… »