2. Pierre-Gilles de Gennes : les alumni se souviennent...

15 mai 2017

Le 18 mai 2007 - Pierre-Gilles de Gennes nous quittait. Les alumni ont le privilège de pouvoir mesurer combien sa vision, son charisme et son prix Nobel ont forgé notre École, notre formation et notre diplôme. 10 ans après sa disparition, nous avons souhaité faire revivre "PGdG" (comme on l'appelait), personnage exceptionnel qui fut directeur de l'ESPCI de 1976 à 2002. À partir du 15 mai 2017, nous publions ci-dessous au fil des jours (ainsi que sur Twitter avec le mot-dièse #DeGennes10ans) des témoignages, photos et documents inédits que les alumni ont partagés avec nous, afin de rappeler le lien singulier qui, pendant 26 ans, a fait converger les destins de Pierre-Gilles de Gennes et de notre École. Nous remercions chaleureusement tous nos camarades qui nous ont transmis quelques-uns de leurs souvenirs personnels parmi les plus précieux et ont accepté qu'ils soient publiés sur ces pages.

Le Conseil d’administration d’ESPCI Alumni.

-- Vous aussi, vous souhaitez partager l'un de vos souvenirs, des photos, ou un dessin ? Vous pouvez écrire à pgdg@espci.org. Merci ! --

Hommages & témoignages

  • Publiés le 15 mai

"Il a pris la peine d’y apposer sa signature et de joindre un dessin de sa main" par Roland (100e).

"La vitesse extraordinaire du fonctionnement de sa pensée" par Claude Romiguière (67e).

"Un grand esprit, curieux du monde qui l'entoure, généreux, et libre." Samir Mzabi (121e)

"J'ai été illuminée par la reptation des polymères" par Claire Baritaud (120e)

"Ses encouragements et sa cordialité m'ont grandement réconforté" par Anonyme (86e)

"Il posait à chaque fois les 3 questions qui tuent" par Jérôme Petit (115e)

"Sa qualité extraordinaire d’expliquer les choses de manière simple" par Jean Richard (84e)

"Une des personnes qui a eu le plus d’impact sur ma vie" par Gérard Velleret (95e)

"Son discours inaugural a marqué à tout jamais ma vie d'ingénieur" par Arnaud Spinelli-Audouin (119e)

"Extraordinaire fut sa saynète sur l'invention de la fermeture Éclair" par Jacques Frilley (73e)

"Ce gars-là les calcule DE TÊTE !" par Anonyme (118e)

"C’était le début du “désordre”, où Pierre-Gilles fut si créatif par la suite" Par Pierre Guyot (74e)

"J’ai oublié la théorie mais pas la leçon : savoir illustrer" par Bruno Tisserand (99e)

"Plus tard, je veux faire ça !" par Anonyme (135e)

"Un ingénieur se doit de connaître les ordres de grandeur" par Daniel Kendé (91e)

"Mai 68 : il s'intéressait vivement à l'École [et] voulait introduire la biologie" par Yves Epelboin (83e)

"Il fallait se réfugier dans les écrits de Fermi" par Jacques Pinoir (82e)

"Un rôle décisif dans la réalisation de mon rêve !" par Isabelle Marty-Gauche (102e)

"Il faut observer plutôt que de vouloir imposer son modèle" par Paul Bouvet (101e)

"Nous avions toujours l'impression d'avoir tout compris !" par Anonyme (102e)

"Il s'est adressé à nous comme à des chercheurs" par Pierre Vitorge (93e)

"J'éprouvais le besoin de consulter tant de Gennes que Friedel" par André Landesman (70e)

"Il hantait les couloirs du bateau en déclamant à haute et forte voix la méthode Assimil - il apprenait le russe" par Jean Auvray (74e)

"Si profondément cultivé, et en même temps... si simple !" par Jacques Ernest (72e)

"Comment devenir intelligent ? Calculer des ordres de grandeur" par Hervé This (95e)

"Produire des merveilles à partir de trois bricoles trouvées au fond d'un carton" par Julien Barrier (133e)

Pierre-Gilles de Gennes en chimiste... photo partagée par Sophie Norvez (102e)

Pierre-Gilles de Gennes au Mardi Gras de la 100e promotion photos prises et partagées par Roland Lartigue (100e)

"Il nous montrait ce qui était attendu de futurs ingénieurs de l’École" par Henrik Dock (109e)

"C'est grâce à PGdG et son prix Nobel que l'École a été pérennisée" par Clarisse Salou (105e)

  • Publiés le 16 mai (et les jours suivants)

à venir...

--

Voici quelques liens supplémentaires pour faire marcher la machine à remonter le temps :

 


Autres communications