Les Ultrasons à l’ESPCI : de Paul Langevin à Cardiawave

20 août 2015
[caption id="attachment_7225" align="alignleft" width="300"] Hôpital Européen Georges-Pompidou où sont réalisés les essais in vivo[/caption]

1915, la France est en guerre.

Paul Langevin (7e promotion), 43 ans, déjà célèbre, futur Directeur de notre Ecole, dépose un brevet sur la détection des sous-marins. Le principe est d’utiliser la piézo-électricité, découverte par Pierre Curie, pour faire se propager des ultrasons dans l’eau et en récupérer les échos. Les expériences ont lieu dans l’évier du laboratoire, qui existe toujours.

100 ans plus tard, une équipe pluridisciplinaire de l'Institut Langevin (aujourd’hui 100 chercheurs), né en 2009 de la fusion du laboratoire « Ondes et Acoustique » et du laboratoire d'optique physique de notre Ecole, développe une nouvelle application thérapeutique des ultrasons qui pourrait marquer un tournant dans le traitement de certaines maladies cardiaques.  

Le rétrécissement aortique calcifié est une maladie cardiaque grave, à l’issue souvent fatale, fréquente chez les plus de 65 ans. Le traitement actuel consiste à remplacer la valve cardiaque calcifiée défaillante par une valve artificielle via une chirurgie cardiaque lourde, efficace mais qui reste risquée pour le patient.

Les ultrasons sont un bon moyen pour lutter sans geste chirurgical contre les calcifications et ont notamment fait leurs preuves depuis longtemps en odontologie et, de façon plus ambitieuse, pour détruire les calculs rénaux. Mais le cœur n’est pas le rein : il faut pouvoir tirer les ultrasons à travers les côtes avec une précision millimétrique, sur une cible mouvante de quelques centimètres carrés animée par les mouvements cardiaques et respiratoires et limiter en nombre et en taille les débris calcifiés qui pourraient être charriés par le sang.

Une équipe musclée s’est constituée autour de Mathias Fink, à l’origine de la création de l'Institut Langevin, Professeur à l’Ecole, membre de l’Académie des Sciences. Elle a à sa tête sur le plan opérationnel un Chirurgien de l’Hôpital Européen Georges Pompidou et deux spécialistes de l’Institut Langevin reconnus mondialement en imagerie et thérapie ultrasonores (dont notre camarade Mathieu Pernot de la 116ème promotion). L’équipe a développé en 5 ans un prototype qui règle le problème chez le mouton.

Il reste à passer à l’Homme. Pour cela l’équipe a créé « Cardiawave », une start-up qui détient une licence exclusive du CNRS et de l’INSERM pour finaliser le projet. J’instruis ce projet pour le compte des « Business Angels des Grandes Ecoles », dont ESPCI Business Angels est partenaire. Si vous souhaitez éventuellement participer à son financement en devenant actionnaire de  « Cardiawave », n'hésitez pas à me contacter :

Christian DAILLY (87e promotion) christian.dailly[at]espci.org


Autres communications